[EN] 15. IRRI Agronomie Défi: Quand faire la récolte

17 vues

Description:

Achim Dobermann, directeur général adjoint pour la recherche à l'Institut international de recherche sur le riz (IRRI; http://irri.org), et Leigh Vial, chef de la station expérimentale de l'IRRI, mènent un projet spécial, le IRRI Agronomy Challenge, dans lequel ils Démontrent comment faire pousser une culture de riz productive dans un domaine de 25 x 100 mètres sur la ferme de recherche IRRI.

Maintenant, 103 jours après la plantation, ils tentent de déterminer le moment de la récolte et si une autre irrigation est nécessaire avant cette date. Martin Gummert, le spécialiste de la récolte postérieure d'IRRI s'associe à la discussion.

Commentaire de Leigh Vial:

Nous l'avons examiné aujourd'hui avec Martin Gummert, ingénieur IRRI et spécialiste de la post-récolte, considéré comme la maturité moyenne des panicules, l'humidité dans le sol, le type et la profondeur du sol et les perspectives météorologiques.

La plupart des panicules ont environ 50% de grains jaunes, mais cela varie considérablement dans l'ensemble du terrain. Ces panicules plus petites, plus tard, nichées dans le canopée sont presque toutes vertes, alors que d'autres sont plus ou moins mûri. Martin a amené un compteur d'humidité des grains et nous avons eu une estimation moyenne d'environ 28-30% d'humidité du grain. Encore assez de temps pour atteindre vraiment la maturité récoltable.

Le sol est encore à l'extrémité sèche de la boue. Nous savons que c'est une argile lourde et nous savons que c'est profond (reportez-vous aux premiers clips vidéo de ce Défi Agronomie!), Il y a donc beaucoup d'eau disponible. Le temps semble sec, alors nous devons supposer qu'il restera sec pendant les deux prochaines semaines.

Une autre considération est le risque d'hébergement. Nous avons déjà vu ce matin quelques patchs dans lesquels la culture a commencé à se loger. Peut-être une caractéristique commune dans les cultures à haut rendement (nous l'espérons), mais nous soupçonnons également que ce sont les endroits où nous avons répandu l'engrais qui a été laissé dans le seau, chaque fois que nous avions atteint la fin du champ. Un rappel rapide qu'un peu trop n'est pas toujours bon.

En résumant: si nous étions récoltés à la main, nous pourrions bien envisager un autre événement d'irrigation, juste pour nous assurer. Pourtant, nous allons combiner-récolter notre champ, donc dans un sol si profond et doux, nous avons convenu que nous devrions mieux garder l'eau. Ce n'est pas amusant pour l'homme ou la récolte de la machine, jusqu'à ce que vous soyez dans vos bras dans la boue. Par conséquent, nous ferons ... rien. Il est temps de vérifier, d'ajuster et de graisser la moissonneuse-batteuse. Le temps pour Achim de retrouver les souvenirs de la récolte combinée du passé. Il est temps d'espérer qu'il ne reste plus.

En passant, l'équipe de Nancy est sorti il ​​y a une semaine pour faire une autre évaluation de la santé des cultures. Les principales blessures à la récolte ont été les tumeurs (4,5% des points blancs), leaffolder (16%) et le faux charbon (7,8%). Étant donné que nous n'avons pas pulvérisé d'insecticides ou de fongicides, cela n'est pas surprenant, et peut-être pas beaucoup en termes d'économie globale. Nous y reviendrons lorsque nous analyserons notre performance finale.

Auteur:

International Rice Research Institute

Catégorie:

Vidéo, Anglais, Récolte, Savoir

Chaîne:

[EN] IRRI Agronomie Défi: Le documentaire

Date de sortie:

5 années, 5 mois ago

Durée:

05:44

Source:

https://www.youtube.com/watch?v=2iD30kwkZBM